N° 40 – Le lundi 13 mai 2019

 

Le manteau partagé de Saint Martin

Lettre aux oblats n°22

 

Abbaye Saint-Martin

F – 86240 Ligugé

05 49 55 21 12

 

« Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de

ces plus petits de mes frères, c’est à moi que

vous l’avez fait » (Mt 25, 40)

 

Le partage du manteau : le mot du P. Joël

Chers Oblats et amis,

Aujourd’hui, 13 mai 2019, c’est la fête de Notre-Dame de Fatima. Que la Vierge Marie, qui est apparue le 13 mai 1917 près du village d’Aljustrel au Portugal à trois petits bergers Jacinta, Francesco et Lucia, continue à nous enseigner le chemin pour aller vers son Fils. Qu’elle nous apprenne ou réapprenne à dire le chapelet, le saint rosaire, comme elle l’a demandé si souvent comme un des moyens sûrs pour obtenir d’immenses grâces du ciel. Il faut prier pour louer le Seigneur et aussi pour lui demander la paix dans le monde et notre propre conversion.

Bientôt ce sera la fête de l’Ascension le 30 mai puis la Pentecôte le 9 juin. Nous allons vivre ces grands moments en nous y préparant afin que la force de l’Esprit-Saint soit plus forte que toute adversité et nous obtienne la grâce de l’audace spirituelle et de la sainteté.

La dernière Lettre aux oblats date du 18 décembre 2018. Depuis, nous avons célébré Noël puis pour commencer la nouvelle année, le 1er janvier 2019, en la solennité de Marie Mère de Dieu, nous avons eu la joie d’accueillir dans l’oblature le Docteur Jean Chrétien. La petite cérémonie d’entrée s’est déroulée comme de coutume dans la chapelle de la Vierge Marie. C’était à 16h, peu avant les Vêpres de 16h30. Le Docteur Jean Chrétien, chirurgien-dentiste à Poitiers depuis de longues années, était entouré de son épouse Brigitte, de Corneille leur protégé togolais, de quelques oblats, amis, sœurs de La Puye et moines de Ligugé. Ce fut pour lui comme pour nous tous une belle manière de commencer l’année !

Huit jours après la solennité pascale du 21 avril 2019, en l’octave de Pâques, le 28 avril, ce fut le dimanche de la Divine Miséricorde. En ce beau jour, Marie-Renée et André Boisseau ont fait leur promesse d'oblature à 9h peu avant la messe conventuelle de 10h. Il y avait une nombreuse assistance pour les entourer : membres de leur famille, amis et oblats étaient présents. La cérémonie d'oblature est toute simple et "familiale" et cependant toujours empreinte d'une grande ferveur. Merci à Marie-Renée et à André pour leur beau témoignage de foi, leur engagement en de nombreux domaines et leur fidèle amitié. Ce fut une grande joie pour nous tous !

Tout récemment, les journées de l’oblature se sont déroulées les 3, 4 et 5 mai 2019. Comme d’habitude, il y a eu d’abord le vendredi 3 mai à 16h une réunion informelle où nous avons échangé librement sur des sujets divers puis le samedi 4 mai, à 10h30 et à 16h, nous avons continué l’étude la Règle de saint Benoît à partir du chapitre 39 jusqu'au chapitre 44. Le dimanche 5 mai, vers 11h45, il y a eu encore un entretien peu après la messe. Plusieurs oblats n'ont pas pu venir pour diverses raisons notamment pour des soucis de santé mais nous étions cependant une bonne vingtaine et nous avons bien prié pour les absents, surtout pour les malades.

Le samedi 24 novembre 2018, les oblats avaient été conviés à l'exposition organisée par notre calligraphe Jane Sullivan qui venait de finir son très beau travail de copiste. Le psautier a été intégralement calligraphié et orné et une souscription a été ouverte en vue de l'édition. Ce sera un très beau livre d'art qui va sortir incessamment et que Jane pourra vous dédicacer si vous venez entre l’Ascension et la Pentecôte (du jeudi 30 mai au dimanche 9 juin). Pour tout renseignement, on peut contacter l’artiste par mail : licorne@calligrafee.com . Je ne saurais trop vous recommander ce magnifique volume du Psautier de Ligugé calligraphié et enluminé par notre amie Jane Sullivan. N'hésitez pas à aller faire un tour sur son très beau site : https://www.calligrafee.com

L’hôtellerie continue d’être en grand chantier de rénovation. Jusqu’à la mi-juin, le nombre de chambres disponibles est très réduit mais le résultat sera, nous l’espérons tous, une belle hôtellerie totalement transformée !

Comme je l’avais annoncé dans les deux dernières Lettre aux Oblats, après l’interruption de l’année 2018 à cause des travaux, la retraite, ouverte à tous, traditionnellement placée à la fin du mois de juillet, est programmée du 22 au 27 juillet 2019 et aura pour thème les Pères cappadociens :

Basile de Césarée (v 330-379), Grégoire de Nazianze (v 330-390)

et Grégoire de Nysse (v 340-v 394).

Trois grands acteurs orientaux

de la vie ecclésiale, théologique et spirituelle du IVème siècle.

Les conférences seront au nombre de 12, du lundi au samedi compris ; celles du matin auront lieu à 10h30 et celles de l’après-midi à 16h30. Certains d’entre vous ont déjà envoyé leur fiche d’inscription. Vous pouvez toujours vous inscrire à l’adresse de l’hôtellerie : accueil@abbaye-liguge.com. Une fiche d’inscription a été jointe à la Lettre aux oblats n° 20. Elle est disponible sur le site www.joel-letellier.fr à l’onglet ‘actualités’.

Notre Frère Louis Rabec, doyen et diacre de notre communauté a fêté son jubilé de diamant de sa profession monastique le samedi 6 avril 2019. Avec sa vigueur habituelle, pour ses 60 ans de profession et ses 86 ans de naissance, le Frère Louis a relu sa charte et chanté par trois fois l'émouvant Suscipe me Domine. Belle célébration avec action de grâces du jubilaire, de la communauté, de sa famille et des proches du monastère ! Plus que jamais, le Frère Louis est un adepte des mandalas, artiste inspiré s’il en est en ce genre mettant en valeur et en couleur un grand nombre de textes spirituels. Vous pouvez consulter un certain nombre de ses créations sur le site de l’abbaye.

Continuons à bien prier les uns pour les autres, pour ceux qui nous ont quittés et pour nos malades. Beaucoup d’entre nous ont été dans la peine ou sont touchés de près par des deuils, des souffrances physiques ou morales.

Notre Frère Roger Lambert, que beaucoup connaissaient car il a été pendant longtemps le portier du monastère, nous a quittés le samedi 26 janvier 2019 à l'âge de 72 ans en la fête des saints abbés de Cîteaux. Il est décédé au CHU de Poitiers après bien des difficultés de santé. Né le 16 janvier 1947, d'abord entré chez les cisterciens trappistes d'Aiguebelle, il s'est finalement fixé chez les bénédictins de Ligugé où il a fait profession le 4 août 1996. Sa bonhomie, son sourire, sa barbe légendaire vont rester longtemps dans nos mémoires. Nous l'accompagnons dans notre prière fraternelle et nous prions aussi pour sa famille. La messe d'inhumation a eu lieu à l'abbaye le mercredi 30 janvier à 15h. Nombreuses sont les personnes qui ont pu venir et peut-être encore plus nombreuses celles qui ont manifesté leur sympathie en nous faisant part des souvenirs qu'elles avaient gardé de notre frère Roger. Qu'il repose maintenant dans la paix de Dieu !

Nous avons appris avec peine le décès de Madame Solange de Daran, de Ligugé, qui était une amie du monastère. Elle est décédée à Saint-Benoît vendredi 8 février 2019 et la messe d'inhumation célébrée par le P. Patrice Gourrier a eu lieu à la paroisse de Ligugé vendredi 15 février à 10h. Sans être oblate, elle aimait beaucoup recevoir, lire et relire, comme elle me le disait souvent, la Lettre des oblats que je lui faisais parvenir.

Prions bien les uns pour les autres, pour nos malades éprouvés et pour tous ceux qui connaissent le deuil ou de grosses épreuves. Par ailleurs, nous portons tous les soucis que connaît notre pays avec ses tensions. Nous gardons aussi dans notre mémoire le dramatique incendie de Notre-Dame de Paris. Il y a matière en cette circonstance à de multiples réflexions sur notre société, sur l’héritage spirituel et culturel reçu et à transmettre, sur le savoir-faire et les motivations, sur nous-mêmes et notre Eglise. Il y a peut-être là une allégorie à discerner pour notre temps. Il y a un feu qui brûle et qui dévaste, qui terrorise et qui détruit mais il y a aussi le feu de l’Esprit-Saint, celui qui purifie et qui donne de la force, de la chaleur et de la lumière. Regardons la flamme pleine d’espérance du cierge pascal et demandons ce feu divin qui reposait sur la tête des apôtres afin que, nous aussi, nous recevions d’en-haut la force de l’amour et le courage du témoignage.

Prions pour la paix dans le monde, pour la paix sociale dans notre pays, pour les victimes des attentats, pour les chrétiens d’Orient, du Sri Lanka et d’ailleurs qui ont à continuer le chemin avec la crainte de nouvelles persécutions. Que la grâce de la Pentecôte avec la venue de l’Esprit-Saint nous soit donnée en abondance !

P. Joël Letellier

------

Notre-Dame de Paris. L’Eglise est la demeure des pauvres

Soyez bien sûrs que l’Eglise n’oublie pas Les Misérables, et que bien plus encore elle se fait proche de toutes les misères, de toute misère, qu’elle soit matérielle, humaine, psychologique, spirituelle…

Mais que pour pouvoir continuer à œuvrer auprès de ces pauvres, notre Eglise a besoin d’églises !

Demeure du Très Haut où se révéleront la puissance de Dieu et sa tendresse ! L’Eglise demeure au centre des pauvres et la priorité de l’Eglise, ce sont les pauvres. Les pauvres de Jésus-Christ !

Brice Di Dio

La Croix du 7 mai 2019

(Brice Di Dio est stagiaire au noviciat de Ligugé en vue d’une entrée au postulat)

 

De Pâques à la Pentecôte,

la victoire du Ressuscité et le don de l’Esprit-Saint

 

Abbaye Saint-Martin de Ligugé, le dimanche 12 mai 2019

4ème dimanche de Pâques (C). Homélie du P. Joël Letellier

(Ac 13, 14.43-52 ; Ap 7, 9.14b-17 ; Jn 10, 27-30)

 

Le dimanche du Bon Pasteur et la prière pour les vocations

Quel réconfort que d’entendre ces paroles de Jésus, le bon pasteur, le bon berger, en ce passage de l’évangile selon saint Jean ! : « Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, et personne ne les arrachera de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut les arracher de la main du Père. Le Père et moi, nous sommes Un ».

A n’en pas douter, cela nous concerne tous car nous sommes tous, et sans exclusion aucune, les brebis de ce bon Pasteur qui nous connaît individuellement, qui nous aime tendrement et qui n’hésite pas à donner sa vie pour nous défendre et nous mener enfin vers les bons pâturages et les sources d’eau vive. Quel réconfort vraiment pour chacun d’entre nous !

Certes, d’une part, c’est une analogie et comme toute analogie elle peut ne pas rendre compte exactement de la réalité que nous vivons et, d’autre part, nous pouvons douter, en raison de nos défaillances et de nos infidélités, d’appartenir vraiment à cette bergerie du Seigneur. Ce qui est dit, là, des brebis me concerne-t-il personnellement ou est-ce pour les autres ? A l’inverse, il est vrai, il est possible de se considérer un peu trop facilement au nombre des brebis et d’exclure par notre propre jugement bien téméraire d’autres personnes qui, de toute évidence selon nous, ne seraient pas de la bergerie de ce bon pasteur en raison de leurs actes, de leur propre religion ou de leur incroyance.

Heureusement que le cœur de Dieu est plus large que le nôtre et que sa tendresse paternelle et maternelle va beaucoup plus loin que nos petits calculs, nos mesquineries de chapelle, nos vues si souvent étroites et procédurières. Jésus ne cesse de vouloir nous dilater le cœur jusqu’aux dimensions de son Amour universel et c’est à ce sentiment-là d’amour inconditionnel et de don de soi qu’il nous invite à nous élever, en ce dimanche tout particulièrement.

Ce dimanche du Bon Pasteur, en effet, est aussi celui que nous appelons communément le dimanche des vocations. A l’exemple du berger divin, la grâce suscite en des cœurs réceptifs des choix de vie qui répondent à l’appel pressant du Christ à le suivre en tant que pasteurs du troupeau. Dieu ne cesse pas en effet d’appeler des hommes et des femmes à répondre à l’impulsion de sa grâce, et cela selon ce que chacun reçoit comme don particulier, comme charisme personnel pour le bien de tous.

Répondre le plus amoureusement possible aux impulsions de la grâce

Notre vocation est vraiment celle que Dieu nous inspire au cours de notre vie dans le secret de notre cœur, dans les grands choix à faire comme dans les actes les plus quotidiens, les plus simples, les plus ordinaires. Suivre le Christ en répondant le moins mal possible, le plus amoureusement que nous le pouvons, aux impulsions de la grâce qui nous pousse, qui nous attire, qui nous stimule et nous aiguillonne, c’est bien là que Dieu nous attend. Répondre à cet appel intime, qui que nous soyons et où que nous en soyons dans notre vie, voilà ce qui peut faire le bonheur de Dieu et le nôtre, le seul et durable vrai bonheur que nous puissions d’ailleurs désirer et connaître.

Prions pour nous-mêmes, prions pour la fidélité de ceux qui sont nos pasteurs, prions pour que des cœurs généreux se donnent ou continuent de se donner au Christ et aux autres selon leur vocation propre dans la ligne de leur baptême, de leur consécration, de leur ordination.

Les échecs, les écueils, les naufrages et toutes sortes d’épreuves font partie du voyage en cette aventure qui va de la Passion à la Résurrection. Nous n’avons pas la sainteté du Christ ni même sa tendresse de Bon Pasteur mais nous savons que c’est lui et lui seul qui est sorti victorieux de toute mort et qui nous délivre de nos péchés, de nos errements, de nos désertions. Sans lui, nous ne pouvons rien faire mais avec lui, tout est possible. C’est là le roc invincible de notre foi et c’est sur ce roc que nous devons construire notre vie et notre maison commune.

Jamais trop tôt ni jamais trop tard pour désirer et recevoir le don de l’Esprit-Saint

Il n’est jamais trop tôt et il n’est jamais trop tard pour nous tourner vers Jésus et lui demander de nous prendre dans sa bergerie et de nous y garder, de nous protéger de tous les mercenaires et des loups de toutes sortes. Pourquoi différer encore ? Ecoutons-le nous appeler par notre prénom, laissons-le parler à notre cœur, laissons-le nous émouvoir par ses appels réitérés, laissons-le nous prendre sur ses épaules et nous mettre en lieu sûr auprès de lui. Il nous appartient de répondre à sa grâce et de nous laisser faire.

Jésus a vaincu la mort, il est ressuscité et le temps liturgique que nous vivons entre la Résurrection et l’Ascension est un temps où notre cœur doit se dilater aux dimensions de l’amour invincible de Dieu. Déjà se profile la Pentecôte où l’Esprit Saint va de nouveau nous être donné. Nous possédons déjà, certes, cette force divine reçue au baptême et par chaque sacrement de notre vie chrétienne mais nous devons être dans l’impatience d’un don plus plénier encore car nous en sentons terriblement le besoin et que cela correspond à ce que Dieu veut précisément nous donner en abondance.

Demandons avec instance le don spirituel incomparable de l’intercession et de la compassion pour nos frères humains, quels qu’ils soient et où qu’ils soient. Prenons dans notre prière le monde entier, toute notre humanité en quête de ce qui lui manque, tous ceux qui souffrent, tous ceux qui se trouvent exclus, tous ceux qui désespèrent, tous les égarés de la vie et que seul le bon berger peut sauver des ronces et des épines et ramener au bercail de l’Amour.

Jésus, viens vite et envoie-nous ton Esprit de sainteté, notre Défenseur et notre Consolateur !

P. Joël Letellier

 

La paix du Ressuscité ! Jour de fête et de joie !

 

Mot du Père Abbé lors de la promesse d’oblature de Marie-René et d’André Boisseau,

le dimanche 28 avril, « dimanche de la Miséricorde », octave de Pâques

 

La paix soit avec vous chers amis. La paix du Ressuscité ! Jour de fête et de joie.

C’est vraiment une joie toute pascale de vous accueillir aujourd’hui dans l’oblature, tous les deux, ensemble. Je ne sais pas si cela s’est déjà produit, en couple. C’est beau ! Il les envoie deux par deux, de par Dieu, pourrait-on dire…

Comme vous le savez, nous fêtons ce matin le 2e Dimanche de Pâques, appelé également Dimanche in Albis qui rappelle tous les catéchumènes vêtus de blanc depuis la nuit de leur baptême puisqu’ils étaient ainsi vêtus dans l’église qui les accueillait.

Ce dimanche porte également le nom de Quasi Modo en lien avec l’Introït du Jour que nous chanterons tout à l’heure: Quasi Modo Geniti Infantes : « Comme des Enfants Nouveau-Nés, désirez ardemment le lait spirituel » ; vous êtes un peu ces enfants-là ce matin.

C’est aussi le Jour où nous écoutons le récit de l’incrédule Apôtre Thomas qui, après avoir pu toucher Jésus, le reconnaît enfin comme Sauveur mais également son Père comme notre Dieu.

C’est enfin le dimanche de la fête de la Divine Miséricorde, depuis la canonisation de Sœur Faustine Kowalska par Saint Jean-Paul II en l’an 2000. Dieu sait si nous avons besoin en ces temps qui sont les derniers, de la miséricorde de Dieu, pour notre Eglise, pour le monde et de la vivre entre nous si nous voulons être des chrétiens crédibles.

Vous pouvez donc en cette heure compter sur la prière de tous ces saints, de nous-même bien sûr et de la miséricorde de Dieu.

Si l’on regarde de plus près le texte de l’Evangile selon saint Jean (Jn 20,19-31) - vous avez certainement, comme chaque samedi pu méditer ce texte avec notre frère Antoine-Frédéric et aurez appris beaucoup - ce qui nous frappe, entre autres, c’est l’insistance avec laquelle Jésus, par trois fois, annonce à tous la paix. Cette paix si chère à saint Benoît, que Dieu nous offre en cette heure. Dieu sait également ô combien nous cherchons tous à vivre en paix, la paix qui vient de Dieu. Cette insistance est assurément un encouragement qui vous est, nous est adressé de la part de Dieu.

Comme oblats bénédictins, ce sera l’une des plus importantes œuvres de charité que d’annoncer la paix autour de vous, la vivre pleinement entre vous, avec tous, dans l’humilité si chère à notre saint Père Benoît. La paix est essentielle pour vivre heureux mais pas si facile à vivre que nous vivions en couple, en communauté.

Et nous voyons bien, pour en revenir à notre Evangile, que les avis sont toujours partagés alors même que les disciples vivaient avec Jésus. Nous aimons bien, à moins que cela nous irrite un peu, ce comportement de Thomas qui ne se fie pas aux paroles de ses frères sur la Résurrection présumée de Jésus. Il veut voir, il veut toucher, il s’entête comme nous le ferions peut-être, comme nous voudrions tant de fois nous aussi aujourd’hui avoir des signes tangibles de la présence du Ressuscité parmi nous, alors même qu’il semble parfois si éloigné de ce que vit le monde, de ce que nous vivons.

Aujourd’hui, le Christ Ressuscité nous apparaît si clairement dans sa Parole, si nous prenons le temps de l’écouter, par son Corps et son Sang dans l’eucharistie et tous les sacrements, chaque fois que nous nous réunissons ensemble en son Nom, chaque fois que nous rencontrons des frères et sœurs en humanité, plus encore quand ils sont pauvres, démunis, sans rien. Il est là au milieu de nous, il nous donne sa paix et sa miséricorde pour que fassions de même, que nous la vivions entre nous, que nous la donnions à tous. Votre engagement ce matin va vous conduire inéluctablement à cela plus encore qu’auparavant.

Aller de rencontres en rencontres avec le Christ, soutenus par une communauté de frères qui essaient chaque jour de suivre la Règle et le charisme de leur saint Patron dans la paix.

Dieu aidant, par votre engagement ce matin, vous acceptez, par Lui, avec Lui et en Lui, de marcher sur ses traces, assurés qu’Il sera toujours là pour vous conduire jusqu’à la mort puis la vie.

Son amour est à ce prix. Ce que nous avons vécu tout au long de cette Semaine Sainte jusqu’au saint Jour de Pâques dit l’amour que Dieu a pour chacun d’entre nous, plus particulièrement pour vous qui faites aujourd’hui, un pas de plus vers Lui, un passage, une Pâque, pourrait-on dire.

Dieu est Amour, c’est une grâce qui nous est faite de pouvoir Le suivre avec vous désormais comme oblats de notre communauté. Merci de nous rejoindre et de rejoindre la belle-famille des oblats. Dieu aime tous ses liens qui nous rapprochent, nous rassemblent, nous unissent.

Un amour aussi grand, aussi profond, un amour qui ne fait pas défaut, qui nous saisit toujours par la main et nous soutient, nous relève, nous guide. Deo gratias, ALLELUIA ! Soyez chez vous, dans la maison du Seigneur Ressuscité. Soyez heureux, soyez assurés de l’intercession de la communauté pour vous, votre famille, l’intercession de saint Martin et de saint Benoît. Amen !

Père Christophe Bettwy, Abbé de Ligugé

 

« Devenir Jésus-Christ »

 

Comme point de départ de notre réflexion, prenons un petit extrait d’un écrit de Mère Mectilde du Saint-Sacrement, fondatrice au XVIIe siècle des Bénédictines de l’Adoration Perpétuelle du Saint-Sacrement. En effet, nous trouvons en plusieurs endroits de son œuvre l’expression « Devenir Jésus-Christ » comme par exemple dans ce passage :

« La perfection de la vie chrétienne consiste à devenir Jésus Christ par une parfaite transformation qui requiert un anéantissement total de la créature et de tout ce qui n’est point Jésus Christ. Cela supposé, il faut choisir les moyens pour arriver à cet heureux état où l’âme ne doit ni ne peut avoir d’autres intentions que de se perdre entièrement dans son centre adorable Jésus Christ qui est, lui seul, la perfection des saints du ciel et de la terre. » (Ecrit n° 1900 ; ms N 260 p. 286)

Il y a quelques années, j’avais été invité aux Pays-Bas, non loin de Nimègue, pour traiter de ce thème et notamment pour rechercher les origines de cette expression. Pour ce faire, j’avais constitué un dossier biblique et liturgique sans trouver semblable expression sinon celle, entre autres, assez proche et bien connue, de saint Paul : « Ce n’est plus moi qui vis mais le Christ qui vit en moi » (Gal 2, 20). Un certain nombre de passages du Nouveau Testament cependant suggèrent ce même thème ainsi que d’autres thèmes connexes.

C’est dans le cadre de cette enquête que j’ai rassemblé un certain nombre de textes liturgiques évoquant d’une façon ou d’une autre cette réalité spirituelle sans trouver pour autant l’expression « Devenir Jésus-Christ » mais en y repérant des expressions dont la signification est, somme toute, assez similaire.

Dans un autre dossier que j’ai constitué contenant des témoignages patristiques, médiévaux et d’époque plus contemporaine, j’ai pu repérer cette expression « Devenir Jésus-Christ », notamment chez saint Augustin et chez un assez grand nombre d’auteurs spirituels et mystiques anciens et modernes.

Voici donc quelques extraits de textes liturgiques que je n’hésite pas à vous présenter ici car ce sont de beaux textes qui passent trop souvent inaperçus au cours d’une célébration. Je pense que chacun pourra méditer ces passages et alimenter sa propre prière en se nourrissant de la richesse théologique de la prière de l’Eglise.

 

Dossier liturgique

1) Une merveille de pure grâce : notre participation à la divinité du Fils !

2) Le Christ sauveur, victime offerte, en son abaissement et anéantissement

3) Suivre le Christ, l’imiter, lui devenir semblable

4) Avec le Christ et en lui, s’offrir soi-même comme victime sainte

5) Baptisé dans le Christ : voici l’homme nouveau pour une création nouvelle !

6) Jésus est en nous et nous en Jésus : un cœur habité jusqu’à l’union

7) La grâce de l’adoption filiale : devenir fils dans le Fils

8) L’Eglise, corps du Christ : notre incorporation dans le Christ

9) Vivre en Christ, vivre de sa vie éternelle !

10) Trois perles pour tout récapituler : une même prière, une même passion, une même vie !

-----------

 

 

1) Une merveille de pure grâce : notre participation à la divinité du Fils !

« Sois favorable à notre prière : que ton Fils unique qui s’est fait l’un de nous, nous donne part à sa vie divine » [respice propitius ad preces nostras, ut Unigenitus tuus, nostra humanitate suscepta, nos divino suo consortio sociare dignetur] (Collecte, 17 décembre, Avent)

« … Par lui s’accomplit en ce jour l’échange merveilleux où nous sommes régénérés : lorsque ton Fils prend la condition de l’homme, la nature humaine en reçoit une incomparable noblesse ; il devient tellement l’un de nous que nous devenons éternels » [Per quem hodie commercium nostrae reparationis effulsit, quia, dum nostra fragilitas a tuo Verbo suscipitur, humana mortalitas non solum in perpetuum transit honorem, sed nos quoque, mirando consortio, reddit aeternos] (Préface 3 de la Nativité)

« Père, toi qui as merveilleusement créé l’homme et plus merveilleusement encore rétabli sa dignité, fais-nous participer à la divinité de ton Fils, puisqu’il a voulu prendre notre humanité » [Deus, qui humanae substantiae dignitatem et mirabiliter condidisti, et mirabilius reformasti, da, quaesumus, nobis eius divinatis esse consortes, qui humanitatis nostrae fieri dignatus est particeps] (Collecte, Messe du jour, Noël)

« Nous t’en prions, Dieu notre Père, puisque le Sauveur du monde, en naissant aujourd’hui, nous a fait naître à la vie divine, qu’il nous donne aussi l’immortalité » [Praesta, misericors Deus, ut natus hodie Salvator mundi, sicut divinae nobis generationis est auctor, ita et immortalitatis sit ipse largitor] (Communion, Messe du jour, Noël)

« Dieu souverain, nous te le demandons humblement : rends-nous participants de la nature divine, puisque tu nous as fait communier au corps et au sang du Christ » [Maiestatem tuam, Domine, suppliciter deprecamur, ut, sicut nos Corporis et sanguinis sacrosancti pascis alimento, ita divinae naturae facias esse consortes] (Communion, samedi de la 5ème semaine de carême)

« …alors que nous célébrons la merveille de notre création et la merveille plus grande encore de notre rédemption… » [et nobis, mirabile nostrae creationis opus, sed et redemptionis nostrae mirabilius, memorantibus] (Bénédiction de l’eau, Veillée pascale)

« Seigneur notre Dieu, dans l’admirable échange du sacrifice eucharistique, tu nous fais participer à ta propre nature divine… »[Deus, qui nos, per huius sacrificii veneranda commercia, unius summaeque divinitatis participes effecisti…] (Offertoire au choix, temps pascal, 5ème dimanche de Pâques)

« Dieu qui relèves la nature humaine bien au-dessus de sa condition originelle, souviens-toi de cette œuvre de ton amour : maintiens dans ta bénédiction ceux que tu as régénérés » [Deus, qui humanam naturam supra primae originis reparas dignitatem, respice ad pietatis tuae ineffabile sacramentum, ut, quos regerationis mysterio dignatus es innovare, in his dona tuae perpetuae gratiae benedictionisque conserves] (Collecte, jeudi de la 4ème semaine de Pâques)

« Accorde-nous, Seigneur notre Dieu, de trouver dans cette communion notre force et notre joie ; afin que nous puissions devenir ce que nous avons reçu » [Concede nobis, omnipotens Deus, ut de perceptis sacramentis inebriemur atque pascamur, quatenus in id quod sumimus transeamus] (Communion, 27ème semaine du temps ordinaire)

« Comme cette eau se mêle au vin pour le sacrement de l’Alliance, puissions-nous être unis à la divinité de Celui qui a pris notre humanité » [Per huius aquae et vini mysterium eius efficiamur divinitatis consortes, qui humanitatis nostrae fieri dignatus est particeps] (Ordinaire de la messe)

« Car tu as conclu la nouvelle alliance avec ton peuple, et tu l’as racheté par le mystère de la mort et de la résurrection, pour le faire participer à la nature divine, dans le Christ, et le rendre cohéritier de ta gloire ; tu as voulu que l’union de l’homme et de la femme manifeste la prodigieuse action de ta grâce, et que le sacrement célébré aujourd’hui nous redise le merveilleux dessein de ton amour » [Quia novum nexuisti cum tuo populo testamentum, ut, quem mortis et resurrectionis redemisses mysterio, eiusque in caelis gloriae coheredem. Cuius piissimam gratiae largitatem in viri mulierisque significasti connubio ut ad ineffabile tui amoris consilium nos revocaret quod agitur sacramentum] (Préface 2 pour le jour du mariage)

« … Puisque nous reconnaissons en lui notre Rédempteur, à la fois homme et Dieu, accorde-nous d’être participants de sa nature divine » [ut, qui Redemptorem nostrum Deum et hominem confitemur, ipsius etiam divinae naturae mereamur esse conformes] (Collecte, Annonciation, 25 mars)

« Seigneur, fais que nos offrandes deviennent, par la puissance de l’Esprit Saint, le corps et le sang de ton Fils unique, Jésus Christ notre Seigneur ; dans le sein de la Vierge Marie il a pris notre humanité ; qu’il daigne, par ce sacrement, nous donner part à sa divinité » (Offertoire, Vierge Marie Consolatrice, samedi après le 4ème dimanche de Pâques au Luxembourg)

« Que la participation à la table du Christ nous sanctifie, Seigneur ; afin que, membres de son corps, nous devenions vraiment ce que nous avons reçu » [Sanctificet nos, quaesumus, Domine, mensae Christi participatio, ut, eius membra effecti, simus quod accepimus] (Communion, saint Augustin, 28 août)

« Déjà renouvelés par le corps et le sang de ton Verbe incarné, nous te demandons, Seigneur notre Dieu, que ces aliments divins, reçus dans la joie, en vénérant la Vierge Marie, nous fassent participer à la divinité de ton Fils » [Incarnati verbi tui Corpore et Sanguine refecti, quaesumus, Domine, ut haec divina mysteria, quae in festivitate beatae Virginis Mariae laetenter accepimus, eiusdem Filii tui divinitatis participes nos semper efficiant] (Communion, Commun 5 de la Vierge Marie, pour le Temps de Noël)

« … Que cette communion à ton sacrement, (…) sanctifie nos esprits et nos cœurs et nous rende participants de la nature divine » [Sacramenta quae sumpsimus, Domine, (…) mentes et corda nostra sanctificent, ut divinae consortes naturae effici mereamur] (Communion, Commun 3 des saints et des saintes)

 

2) Le Christ sauveur, victime offerte, en son abaissement et anéantissement

« Dieu éternel et tout-puissant, pour montrer au genre humain quel abaissement il doit imiter, tu as voulu que notre Sauveur, dans un corps semblable au nôtre, subisse la mort de la croix… » [Omnipotens sempiterne Deus, qui humano generi, ad imitandum humilitatis exemplum, Salvatorem nostrum carnem sumere, et crucem subire fecisti…] (Collecte, dimanche des Rameaux)

« En lui tu as voulu que tout soit rassemblé, et tu nous as fait partager la vie qu’il possède en plénitude : lui qui est vraiment Dieu, il s’est anéanti pour donner au monde la paix par le sang de sa croix ; élevé au-dessus de toute créature, il est maintenant le salut pour tous ceux qui écoutent sa Parole » [In quo omnia instaurare tibi complacuit, et de plenitudine eius nos omnes accipere tribuisti. Cum enim in forma Dei esset, exinanivit semetipsum, ac per sanginem crucis suae pacificavit universa ; unde exaltatus est super omnia et omnibus obtemperantibus sibi factus est causa salutis aeternae] (Préface commune 1)

« … Il s’est offert à toi en victime pour notre salut… » [hostiam tibi se primus obtulit salutarem] (Préface 1 de l’Eucharistie, messe du soir, Jeudi saint)

« … Tu as consacré Prêtre éternel et roi de l’univers ton Fils unique, Jésus Christ, notre Seigneur, afin qu’il s’offre lui-même sur l’autel de la Croix en victime pure et pacifique, pour accomplir les mystères de notre rédemption… »[Qui unigenitum Filium tuum, Dominum nostrum Iesum Christum, Sacerdotem aeternum et universorum regem, oleo exultationis unxisti : ut, seipsum in ara crucis hostiam immaculatam et pacificam offerens, redempionis humanae sacramenta perageret] (Préface du Christ Roi)

« … Accepte Seigneur,(…) l’offrande pure de la victime qui nous sauve » (Offertoire, sainte Jeanne d’Arc, 30 mai)

« …Il s’est offert sur la croix comme une victime pure » [qui tibi oblationem seipsum in cruce obtulit immaculatam] (Offertoire, Vierge Marie Reine, 22 août)

« … Nous t’offrons cet unique sacrifice, source et modèle de tout martyre » [In tuorum, Domine, pretiosa morte iustorum, sacrificium illud offerimus, de quo martyrium sumpsit omne principium] (Offertoire, saints Côme et Damien, 26 septembre)

 

3) Suivre le Christ, l’imiter, lui devenir semblable

« Et dans un prodigieux échange, nous deviendrons semblables à ton Fils en qui notre nature est unie à la tienne » [ut, per haec sacrosancta commercia, in illius inveniamur forma, in quo tecum est nostra substantia] (Offertoire, Messe de la nuit, Noël)

« Dieu éternel et tout-puissant, tu as voulu que, dans ton Fils unique, nous devenions pour toi de nouvelles créatures ; que ta grâce nous modèle à l’image du Christ en qui notre nature est unie à la tienne » [Omnipotens sempiterne Deus, qui per Unigenitum tuum novam creaturam nos tibi esse fecisti, praesta, quaesumus, ut per gratiam tuam in illius inveniamur forma, in quo tecum est nostra substantia] (Collecte, samedi après l’Epiphanie)

« …Nous voulons suivre le Christ qui marche librement vers sa mort ; soutiens-nous comme tu l’as soutenu, et sanctifie-nous dans le mystère de sa Pâque » [Collecte différente dans le missale romanum] (Collecte au choix, vendredi saint)

« Que ta grâce nous purifie de nos penchants mauvais, et nous aide à marcher vers toi en suivant joyeusement le Christ » [Haec nos communio, Domine, purget a crimine, et caelestis gaudii faciat esse consortes] (Communion, lundi de la 2ème semaine de carême)

« …Suivons-le dans sa passion jusqu’à la croix pour avoir part à sa résurrection et à sa vie » […Sequamur Dominum, ut, per gratiam consortes effecti crucis, partem habeamus resurrectionis et vitae] (Monition pour la procession, dimanche des Rameaux)

« … Reçois-les dans ton royaume où nous espérons être comblés de ta gloire, tous ensemble et pour toujours, quand tu essuieras toute larme de nos yeux ; en te voyant, toi notre Dieu, tel que tu es, nous te serons semblables éternellement, et sans fin, nous chanterons ta louange… »[…in regnum tuum benignus admitte, ubi fore speramus, ut simul gloria tua perenniter satiemur, quando omnem lacrimam absterges ab oculis nostris, quia te, sicuti es, Deum nostum videntes, tibi similes erimus cuncta per saecula, et te sine fine laudabimus…] (Ordinaire de la messe, Prière eucharistique 3, modification pour la messe des défunts)

« … Pour accomplir le dessein de ton amour, il s’est livré lui-même à la mort, et, par sa résurrection, il a détruit la mort et renouvelé la vie. Afin que notre vie ne soit plus à nous-mêmes, mais à lui qui est mort et ressuscité pour nous, il a envoyé d’auprès de toi comme premier don fait aux croyants, l’Esprit qui poursuit son œuvre dans le monde et achève toute sanctification… » [Ut tuam vero dispensationem impleret, in mortem tradidit semetipsum ac, resurgens a mortuis, mortem destruxit vitamque renovavit. Et non amplius nobismetipsis viveremus, sed sibi qui pro nobis mortuus est atque surrexit, a te, Pater, misit Spiritum Sanctum primitias credentibus, qui, opus suum in mundo perficiens, omnem sanctificationem compleret] (Ordinaire de la messe, Prière eucharistique 4)

« …Suivez maintenant les pas du ressuscité : suivez-le désormais jusqu’à son royaume… » (Bénédiction solennelle pour la fête de Pâques)

« … Que nous marchions sur les traces du Christ » […ut vestigia Christi fideliter sequamur] (Collecte, saint Marc, 25 avril)

« … A sa prière, accorde-nous de suivre le Christ avec la même pauvreté de cœur afin de pouvoir te contempler dans le royaume des cieux » […eius nobis intercessione concede, ut, in paupertate spiritus Christum sequentes, ad tui contemplationem in caelesti regno pervenire mereamur] (Collecte, sainte Claire, 11 août)

« Dieu qui as donné à saint François d’Assise de mener une vie humble et pauvre, toute à l’image du Christ, fais-nous emprunter les mêmes chemins pour suivre ton Fils et vivre unis à toi, pleins de joie et de charité » [Deus, qui beato Francisco paupertate et humilitate Christo configurari tribuisti, concede, ut, per illius semitas gradientes, Filium tuum sequi et tibi coniungi laeta valeamus caritate] (Collecte, saint François d’Assise, 4 octobre)

« … Accorde-nous, par son intercession, qu’au milieu de l’agitation de ce monde nous sachions rester libres pour te suivre » [… eius nobis intercessione concede, ut, per huius mundi varietates, tibi iugiter vacemus] (Collecte, saint Bruno, 6 octobre)

« Tu as donné, Seigneur, à saint N. la grâce d’imiter le Christ humble et pauvre ; accorde-nous, par son intercession, de suivre fidèlement l’appel que nous avons reçu, et d’atteindre à la perfection dont tu nous as donné l’exemple dans la personne de Jésus ton Fils » [Deus, cuius munere beatus N. Christum pauperem et humilem perseverarit imitari, concede nobis, ipso intercedente, ut, in vocatione nostra fideliter ambulantes, ad eam perfectionem, quam nobis in Filio tuo proposuisti, pervenire valeamus] (Collecte, Commun 7 pour les Religieux)

« … Accorde-nous de suivre, comme lui, le Christ notre maître… » […da nobis, eius exemplo, Christum magistrum ita sequi…] (Collecte, Commun 10 pour les éducateurs)

« Que le Seigneur Jésus, dont vous suivez les pas, vous donne de revivre en votre chair son mystère de mort et de résurrection » (Messe pour la profession perpétuelle 2, bénédiction finale)

« … Qu’en renonçant à eux-mêmes pour suivre le Christ humble et pauvre, ils se dévouent à ton service et à celui de leurs frères » (Collecte, Messe pour les Religieux 11)

« Père très saint, daigne accueillir ces offrandes, et donne ceux qui se préparent à suivre ton Fils sur la route étroite de l’Evangile, la grâce d’une vie vraiment fraternelle et la liberté qui vient de l’Esprit Saint » (Offertoire, Messe pour les vocations religieuses 14)

« Père infiniment saint, tous tes enfants sont appelés par toi à être saints, mais il en est que tu invites à imiter plus étroitement la vie de ton Fils… » (Collecte, Messe pour les vocations religieuses 14)

« … Accueille l’offrande que nous déposons sur cet autel, et pour que nous entrions vraiment dans le sacrifice du Christ, accorde-nous le même esprit d’humilité et de service » (Offertoire, Messe pour ceux qui accomplissent un ministère dans l’Eglise 10)

« … Fais ressortir en tes serviteurs, Seigneur notre Dieu, l’image de celui qu’ils ont choisi d’imiter… » (Communion, Messe pour les vocations religieuses 14)

« … Accorde-nous de ressembler dès maintenant à Jésus Christ et de partager un jour sa gloire dans le ciel » […clementiam tuam, Domine, suppliciter imploramus, ut Christo conformemur in terris, et eius gloriae consortes fieri mereamur in caelis] (Communion, Messe votive du Sacré-Cœur 6)

« … Donne-nous de marcher sur ses traces [du saint martyr] en imitant comme lui la passion du Sauveur, afin de parvenir aux joies éternelles » […concede propitius, ut, sicut ipse dominicae passionis imitator fuit, ita nos, per eius vestigia gradientes, ad gaudia sempiterna pervenire mereamur] (Collecte, Commun 10 pour un martyr, au Temps pascal)

« … Par la puissance de l’Esprit Saint, conforme-la (le) de plus en plus à ton Fils bien-aimé, Jésus, le Christ, notre Seigneur… » (Offertoire, Messe pour le jubilé de profession religieuse)

« … Permets que le secours de leur prière et la force de leur exemple nous aident à devenir semblables à ton Fils » […concede propitius, ut, ad Unigenitum tuum fideliter imitandum , et ipsorum intercessione commendemur et incitemur exemplo] (Collecte, Commun 1 des saints et des saintes)

« Accueille avec bonté, Seigneur, la prière de tes enfants : tu les as confirmés dans leur ressemblance à ton Fils, ils vont prendre part à son eucharistie… » […Filio tuo perfectius configurati] (Offertoire, Confirmation A)

 

4) Avec le Christ et en lui, s’offrir soi-même comme victime sainte

« Voulez-vous vivre toujours plus unis au Seigneur Jésus et chercher à lui ressembler, en renonçant à vous-mêmes (…) et annoncer fidèlement la Parole de Dieu, à la suite du Christ… ?» [Vultis Domino Iesu arctius coniungi et conformari, vobismetipsis abrenuntiantes atque promissa confirmantes sacrorum officiorum… (Rénovation des promesses sacerdotales, Messe chrismale du Jeudi saint)

«… Accepte le sacrifice spirituel de cette eucharistie, et fais de nous-mêmes une éternelle offrande à ta gloire » [Propitius, Domine, quaesumus, haec dona sanctifica, et, hostiae spiritalis oblatione suscepta, nosmetipsos tibi perfice munus aeternum] (Offertoire au choix, 8ème dimanche ordinaire)

« Tu accueilles nos pénitences comme une offrande à ta gloire ; car nos privations, tout en abaissant notre orgueil, nous invitent à imiter ta miséricorde et à partager avec ceux qui ont faim » [Qui nos per abstinentiam tibi gratias referre voluisti, ut ipsa et nos peccatores ab insolentia mitigaret, et, egentium proficiens alimento, imitatores tuae benignitatis efficeret] (Préface 3 du carême)

« … Toi qui as donné à sait Alphonse-Marie la grâce de célébrer ces mystères en s’offrant lui-même comme une victime sainte » [Caelesti, Domine, Spiritus igne corda nostra clementer exure, qui beato Alfonso Mariae tribuisti et haec mysteria celebrare, et per eadem hostiam tibi sanctam seipsum exhibere] (Offertoire, saint Alphonse-Marie de Liguori, 1er août)

« … Regarde, Seigneur, cette offrande que tu as donnée toi-même à ton Eglise ; accorde à tous ceux qui vont partager ce pain et boire à cette coupe d’être rassemblés par l’Esprit Saint en un seul corps, pour qu’ils soient eux-mêmes dans le Christ une vivante offrande à la louange de ta gloire » [Respice, Domine, in Hostiam, quam Ecclesiae tuae ipse parasti, et concede benignus omnibus qui ex hoc uno pane participabunt et calice, ut, in unum corpus a Sancto Spiritu congregati, in Christo hostia viva perficiantur] (Ordinaire de la messe, Prière eucharistique 4)

« … Rends-nous dignes, en nous associant à sa passion, de participer à la gloire de sa résurrection » […eius socii passionum effecti, consolationis etiam ac gloriae mereamur esse participes] (Communion, Notre-Dame du Rosaire, 7 octobre)

« … Fidèles à son enseignement, nous voulons nous offrir tout entiers en célébrant cette eucharistie » [Sacrificium tibi placeat, Deus, in commemoratione beati Ioannis Chrysostomi libenter exhibitum, quo monente, nos etiam totos tibi reddimus collaudantes] (Offertoire, saint Jean Chrysostome, 13 septembre et commun des Docteurs de l’Eglise)

« Tu as voulu, Seigneur, que la Mère de ton Fils, debout près de la Croix, fût associée à ses souffrances ; accorde à ton Eglise de s’unir, elle aussi, à la passion du Christ, afin d’avoir part à sa résurrection » [Deus, qui Filio tuo in cruce exaltato compatientem Matrem astare voluisti, da Ecclesiae tuae, ut, Christi passionis cum ipsa consors effecta, eiusdem resurrectionis particeps esse mereatur] (Collecte, Notre-Dame des douleurs, 15 septembre)

« …En nous rappelant la compassion de la Vierge Marie, puissions-nous accomplir en nous pour l’Eglise ce qui reste encore à souffrir des épreuves du Christ » [Sumptis, Domine, sacramentis redemtionis aeternae, supplices deprecamur, ut, compassionem beatae Mariae Virginis recolentes, ea in nobis pro Ecclesia adimpleamus, quae desunt Christi passionum] (Communion, Notre-Dame des douleurs, 15 septembre)

« … A la prière de tes martyrs, fais-nous participer comme eux à la passion et à la résurrection de ton Fils… » (Collecte au choix pour plusieurs martyrs au Temps pascal)

« … Donne-nous de fêter dans la joie l’anniversaire de saint Clément : à la fois prêtre de ton Fils et victime… » […Filii tui sacerdos et martyr…] (Collecte, saint Clément, 23 novembre)

« … Fais que nous devenions nous-mêmes par la puissance de cette eucharistie, une offrande agréable à tes yeux » [Deus, qui beato Vincentio divina celebranti mysteria tribuisti quod tractabat imitari, concede ut, huius sacrificii virtute, ipsi quoque in oblationem tibi acceptabilem transeamus] (Offertoire, saint Vincent de Paul, 27 septembre)

« Seigneur tu as accueilli le sacrifice d’Ignace d’Antioche, froment du Christ, moulu sous la dent des bêtes, et devenu pain immaculé ; daigne accepter aujourd’hui l’offrande que nous te présentons » [Grata tibi sit, Domine, nostrae devotionis oblatio, qui beatum Ignatium, frumentum Christi, per martyrii passionem panem mundum suscepisti] (Offertoire, saint Ignace d’Antioche,17 octobre)

« Que saint Paul de la Croix, entièrement voué au mystère de la Passion, nous obtienne ta grâce, Seigneur, afin que stimulés par son exemple, nous ayons plus de courage pour prendre notre croix » [Impetret nobis, Domine, gratiam tuam sanctus presbyter Paulus qui unico crucem amore dilexit, ut, eius exemplo vividius incitati, crucem nostram fortiter amplectamur] (Collecte, saint Paul de la Croix, 19 octobre)

« … Et donne-nous d’exprimer par notre vie les mystères de la passion du Sauveur que nous célébrons dans cette liturgie [Respice quas offerimus hostias, omnipotens Deus, in commemoratione beati Pauli, et praesta, ut, qui dominicae passionis mysteria celebramus, imitemur quod agimus] (Offertoire, saint Paul de la Croix, 19 octobre)

« Nous te prions de nous transformer nous-mêmes en offrandes qui te soient agréables » […nosmetipsos, quaesumus, fac hostias tibi semper acceptas] (Offertoire, commun de la Dédicace, anniversaire dans l’église consacrée)

« … Afin qu’ à l’exemple de saint André, prenant sur nous la croix de Jésus, nous obtenions de vivre avec lui dans la gloire » […ut, exemplo beati Andreae apostoli, Christi mortificationem ferentes, cum ipso vivere mereamur in gloria] (Communion, saint André, 30 novembre)

« Tu as donné, Seigneur, à saint Thomas Becket une telle grandeur d’âme qu’il sacrifia sa vie pour la justice ; accorde-nous, par son intercession, de perdre ici-bas notre vie, pour le Christ, afin de pouvoir la trouver dans le ciel » (Collecte, saint Thomas Becket, 29 novembre)

« … Nous te supplions encore, afin qu’à l’exemple de sainte N., portant dans notre corps la passion de Jésus, nous cherchions à ne vivre que pour toi » […ut, exemplo beatae N., mortificationem Iesu in corpore nostro circumferentes, tibi soli adhaerere studeamus] (Communion, Commun 1 des Vierges)

« … Accorde-nous, à sa prière et par ses mérites, de t’aimer sans cesse en portant notre croix » […ut, crucem nostram iugiter ferentes, te semper diligere valeamus] (Collecte, Commun 12 pour les saintes femmes)

« Tu aimes tes enfants, Dieu très bon, de l’amour que tu portes à ton propre Fils ; tu les as marqués du signe de la croix, tu les as imprégnés de ta sainteté : ils vont s’unir au Christ pour s’offrir à toi, rends-les de jour en jour plus dociles à ton Esprit Saint » [Hos famulos tuos, Domine, una cum Unigenito tuo benignus admitte, ut qui eius cruce spiritalique sunt unctione signati, se tibi cum ipso iugiter offerentes, largiorem in dies effusionem tui Spiritus mereantur] (Offertoire, Confirmation B)

« … Ils seront de vrais témoins de la foi et de la charité, prêts à donner leur vie comme le Christ pour leurs frères et pour toi » (Préface au choix, pour les ordinations)

« … Tu veux maintenant qu’ils construisent leur foyer, qu’ils cherchent à s’aimer chaque jour davantage et suivent l’exemple du Christ, lui qui a aimé les hommes jusqu’à mourir sur une croix… » (Bénédiction nuptiale 5)

« Seigneur, tu sanctifies chaque jour ton Eglise par le sacrifice qui l’a déjà purifiée ; puisqu’elle est le corps de ton Christ, aide-la maintenant à s’offrir avec lui et à suivre ta seule volonté » [Deus, qui eodem sacrificio Ecclesiam tua iugiter sanctificas, quo eam mundasti, da, ut, capiti suo Christo unita, cum eo se tibi offerat, et pura tibi voluntate concordet] (Offertoire, Messe pour l’Eglise D)

« … Regarde ton Christ, à la fois prêtre et victime, en qui tu m’as fait prêtre ; donne-moi de m’offrir avec lui en offrande spirituelle à ta gloire » […respiciens Christum tuum, sacerdotem simul et hostiam, da, ut, eius sacerdotii particeps effectus, oblationem spiritalem me tibi semper exhibeam placentem] (Offertoire, Messe pour le prêtre lui-même 7B)

« …Qu’ils trouvent la joie, au milieu de leurs souffrances, d’être associés à la passion du Christ… » […ut, qui, tibi fideliter servientes, nominum persecutiones patiuntur, gaudeant se Christi Filii tui sacrificio sociari…] (Offertoire, Messe pour les chrétiens persécutés 15)

« Aide nos frères éprouvés par la persécution à porter leur croix à la suite du Christ…» […crucem sibi post Filium tuum baiulantes…] (Communion, Messe pour les chrétiens persécutés 17)

« Accepte, Seigneur, ce sacrifice que nous te présentons avec foi au milieu de nos épreuves : détruis en nos cœurs les germes de révolte et transforme-nous en offrande paisible » (Offertoire, Messe pour toute détresse 31 B)

« Seigneur, notre frère a communié aux souffrances de ton Fils dans la maladie et les épreuves. Il a complété dans sa chair ce qui manque à la passion du Christ. Accorde-lui aussi de partager la gloire de sa résurrection » (Collecte, Messe pour un défunt après une longue maladie, 9)

« … Montre-leur que la souffrance ne peut pas être vaine s’ils l’endurent dans la Passion du Christ, pour leur salut et celui de leurs frères » (Collecte au choix, Messe pour les malades ou les infirmes 37)

« … Fais que nos amis privés de liberté reçoivent la grâce de s’unir au Christ souffrant, et connaissent une complète délivrance » (Offertoire, Messe pour ceux qui sont en captivité 36 B et C)

 

5) Baptisé dans le Christ : voici l’homme nouveau pour une création nouvelle

« En nous appliquant à observer le carême, puissions-nous obtenir le pardon de nos péchés et vivre de la vie nouvelle à l’image de ton Fils ressuscité » (Imposition des Cendres)

« Dieu qui as fait de nous une créature nouvelle dans ton Fils, regarde avec bonté l’œuvre de ta miséricorde… » (Collecte, mardi 3ème semaine de l’Avent)

« …En prenant la condition humaine, il a guidé vers la lumière de la foi l’humanité qui s’en allait dans les ténèbres ; et par le bain qui fait renaître, il a donné aux hommes, nés dans le péché, de devenir vraiment fils de Dieu » (Préface du 4ème dimanche de carême)

« Ceux que tu as appelés au baptême, Seigneur, (…) pour qu’ils soient enfin recréés dans le Christ, pour qu’ils retrouvent en lui leur dignité de fils de Dieu… » (Collecte pour les catéchumènes, 3ème dimanche de carême)

« Donne à ton Eglise, Seigneur la joie de transmettre ta vie à ceux qui se préparent au baptême : par leur naissance de la chair, ils sont des êtres de chair, qu’ils deviennent des fils de Dieu en renaissant de l’Esprit » (Collecte pour les catéchumènes, 4ème dimanche de carême)

« …Par le bain qui fait renaître, il a donné aux hommes, nés dans le péché, de devenir vraiment fils de Dieu » […et, qui servi peccati veteris nascebantur, per lavacrum regenerationis in filios adoptionis assumpsit] (Préface, 4ème dimanche de carême)

« Seigneur notre Dieu, par la passion du Christ, tu as détruit la mort héritée du premier péché, la mort qui tenait l’humanité sous sa loi ; accorde-nous d’être semblable à ton Fils : du fait de notre nature, nous avons dû connaître la condition du premier homme qui vient de la terre ; sanctifie-nous par ta grâce pour que nous connaissions désormais la condition de l’homme nouveau qui appartient au ciel » [Deus, qui peccati veteris hereditariam mortem, in qua posteritatis genus omne successerat, Christi Filii tui, Domini nostri, passione solvisti, da, ut conformes eidem facti, sicut imaginem terreni hominis naturae necessitate portavimus, ita imaginem caelestis gratiae sanctificatione portemus] (Collecte au choix, vendredi saint)

« Frères bien-aimés, prions notre Seigneur de sanctifier cette eau pour y faire naître à la vie nouvelle dans le Christ tous ceux qui recevront le baptême en ce temps de Pâques… » (Monition, liturgie baptismale, Veillée pascale)

« Frères bien-aimés, par le mystère pascal nous avons été mis au tombeau avec le Christ dans le baptême, afin qu’avec lui nous vivions d’une vie nouvelle… » (Rénovation de la Profession de foi baptismale, Veillée pascale)

« Maintenant, Seigneur, regarde avec amour ton Eglise et fais jaillir en elle la source du baptême. Que l’Esprit Saint donne, par cette eau, la grâce du Christ afin que l’homme, créé à ta ressemblance, y soit lavé par le baptême des souillures qui déforment cette image, et renaisse de l’eau et de l’Esprit pour la vie nouvelle d’enfant de Dieu » […ut homo, ad imaginem tuam conditus, sacramento baptismatis a cunctis squaloribus vetustatis ablutus, in novam infantiam ex aqua et Spiritu Sancto resurgere mereatur] (Bénédiction de l’eau baptismale, Veillée pascale)

« … Ils ont pris naissance dans le baptême : qu’ils soient revêtus de l’immortalité du Christ, pour se présenter à la table des noces » […ut, qui sacramento baptismatis sunt renati, beata facias immortalitate vestiri] (Collecte samedi dans l’octave de Pâques)

« …Dirige nos cœurs vers sa gloire, afin qu’au jour où il viendra de nouveau, ceux que tu as fait renaître par le baptême soient revêtus de sa lumière impérissable » (Collecte au choix, vendredi de la 6ème semaine de Pâques)

« … En détruisant un monde déchu, il fait une création nouvelle ; et c’est de lui que nous tenons désormais la vie qu’il possède en plénitude » [Quia, vetustate destructa, renovantur universa deiecta, et vitae nobis in Christo reparatur integritas] (Préface 4 du temps pascal)

« … Car pour tous ceux qui croient en toi, Seigneur, la vie n’est pas détruite, elle est transformée… » […Tuis enim fidelibus, Domine, vita mutatur, non tollitur…] (Préface 1 des défunts)

« … Puisqu’il a été baptisé dans la mort de ton Fils, accorde-lui de participer à sa résurrection… » [Concede, ut qui complantatus fuit similitudini mortis Filii tui, simul fiat et resurrectionis ipsius] (Ordinaire de la messe, Prière eucharistique 2, prière pour les défunts)

« … Puissions-nous, (…) ne jamais rechercher que toi et vivre dans ce monde en hommes nouveaux » (Communion, Commun 7 pour les Religieux)

 

6) Jésus est en nous et nous en Jésus : un cœur habité jusqu’à l’union

« Accepte, Seigneur notre Dieu, ce que nous présentons pour cette eucharistie où s’accomplit un admirable échange : en offrant ce que tu nous as donné, puissions-nous te recevoir toi-même » [Suscipe, Domine, munera nostra, quibus exercentur commercia gloriosa, ut, offerentes quae dedisti, teipsum mereamur accipere] (Offertoire au choix pour le temps de Noël)

« …Accorde-nous de vivre tellement unis dans le Christ que nous portions du fruit pour le salut du monde » [Deus, qui nos de uno pane et de uno calice participes esse voluisti, da nobis, quaesumus, ita vivere, ut, unum in Christo effecti, fructum afferamus pro mundi salute gaudentes] (Communion, 5ème semaine du temps ordinaire)

« Dieu qui veux habiter les cœurs droits et sincères, donne-nous de vivre selon ta grâce, alors tu pourras venir en nous pour y faire ta demeure » [Deus, qui te in rectis et sinceris manere pectoribus asseris, da nobis tua gratia tales existere, in quibus habitare digneris] (Collecte, 6ème semaine du temps ordinaire)

« Vous savez qu’il est assis à la droite du Père ; mais cherchez-le, trouvez-le aussi près de vous, jusqu’à la fin, comme il l’a promis » [Et qui eum consedere Patri in sua creditis maiestate, ipsum usque in finem saeculi vobiscum permanere] (Bénédiction solennelle pour l’Ascension)

« Seigneur, tu t’es choisi et préparé une demeure dans le cœur de sainte Gertrude ; à sa prière, dissipe l’obscurité de nos cœurs, pour nous faire goûter la joie de ta présence et de ton action en nous » [Deus, qui iucundam tibi mansionem in corde beatae Gertrudis virginis praeparasti, ipsius intercessione, cordis nostri tenebras clementer illustra, ut te in nobis praesentem et operantem laeteanter experiamur] (Collecte, sainte Gertrude d’Helfta, 16 novembre)

« Nourris du corps et du sang de ton Fils, nous te prions, Seigneur : en cette fête des saints martyrs, donne-nous de savoir t’aimer toujours pour demeurer en toi, vivre de toi, et nous laisser attirer jusqu’à toi » […perseveranti caritate in te manere, de te vivere, et ad te moveri] (Communion, Commun 5 pour plusieurs martyrs, hors du Temps pascal)

« Dieu qui veux habiter les cœurs droits et sincères, donne-nous par l’intercession de sainte N. de vivre selon ta grâce ; alors tu pourras venir en nous pour y faire ta demeure » [Deus, qui te in puris manere cordibus asseris, da nobis, beatae N. virginis intercessione, per gratiam tuam tales exsistere, in quibus habitare digneris] (Collecte au choix, Commun 3 des Vierges)

« … Garde-nous étroitement unis à ton Fils qui seul a les paroles de la vie… » […ut Filio tuo, qui solus verba vitae habet, iugiter haereamus…] (Communion, Messe votive en l’honneur de saint Pierre 13)

« … Accorde-nous, maintenant que nous sommes fortifiés par ce sacrifice, de rester toujours unis au Christ… » […concede propitius, ut, ex hoc sacrificio roborati, Christo fideles haereamus…] (Communion, saint Paul de la Croix, 19 octobre)

« … Aussi te prions-nous avec confiance : accorde-lui le bonheur d’être uni au Christ dans le mystère de sa résurrection » (Collecte au choix, Messe des funérailles A, hors du Temps pascal)

« … Tu m’as toi-même associé à l’unique sacerdoce du Christ… » (Collecte, Messe pour l’anniversaire de sa propre ordination C)

 

7) La grâce de l’adoption filiale : devenir fils dans le Fils

« Nourris de ton eucharistie et sûrs de ta bonté, nous te prions, Seigneur : accorde à ceux qui sauront écouter ton Fils unique de mériter le nom de fils de Dieu, et de l’être vraiment » […ut, Unigenitum tuum fideliter audientes, filii tui vere nominemur et simus] (Communion, Baptême du Seigneur)

« … Que l’adoption plénière dans le Christ accomplisse le salut qu’il annonçait… » […et plenitudo adoptionis obtineat quod praedixit testificatio veritatis] (Collecte au choix, vendredi de la 6ème semaine de Pâques)

« … Tu nous rendu la dignité de fils de Dieu, affermis-nous dans l’espérance de la résurrection » [Semper exultet populus tuus, Deus, renovata animae iuventute, ut, qui nunc laetentur in adoptionis se gloriam restitutum, resurrectionis diem spe certae gratulationis exspectet] (Collecte, 3ème dimanche de Pâques)

« Par la résurrection de son Fils unique, Dieu vous a fait la grâce du salut il a fait de vous ses enfants : ensemble, bénissez-le pour une telle adoption » [Deus, qui per resurrectionem Unigeniti sui dignatus est vobis bonum redemptionis adoptionisque conferre, sua benedictione vos tribuat congaudere] (Bénédiction solennelle pour le temps pascal)

 

8) L’Eglise, corps du Christ : notre incorporation dans le Christ

« Accorde-nous, Dieu tout-puissant d’être toujours comptés parmi les membres du Christ, nous qui communions à son corps et à son sang » [Quaesumus, omnipotens Deus, ut inter eius membra semper numeremur, cuius Corpori communicamus et Sanguini] (Communion, 5ème dimanche de carême)

« … Après avoir reçu le pardon de tous leurs péchés par le bain de la naissance nouvelle qu’ils soient incorporés à notre Seigneur Jésus Christ » […ut, per lavacrum regenerationis accepta remissione omnium peccatorum, et ipsi invenintur in Christo Iesu Domino nostro] (Prière universelle, pour les catéchumènes, Vendredi saint)

« Dieu qui élèves le Christ au-dessus de tout, ouvre-nous à la joie et à l’action de grâce, car l’Ascension de ton Fils est déjà notre victoire : nous sommes membres de son corps, il nous a précédés dans la gloire auprès de toi, et c’est là que nous vivons en espérance » […quia Christi Filii tui ascensio est nostra provectio, et quo processit gloria capitis, eo spes vocatur et corporis] (Collecte, Ascension)

« Exauce-nous, Dieu notre Sauveur : que notre communion au mystère du salut nous confirme dans cette assurance que tu glorifieras tout le corps de l’Eglise comme tu as glorifié son chef, Jésus le Christ » [Exaudi nos, Deus, salutaris noster, ut per haec sacrosancta mysteria in totius Ecclesiae confidamus corpore faciendum, quod eius praecessit in capite] (Communion, 7ème dimanche de Pâques)

« … Ici, tu construis pour ta gloire le temple vivant que nous sommes ; ici, tu édifies l’Eglise, ton Eglise universelle, pour que se constitue le Corps du Christ ; et cette œuvre s’achèvera en vision de bonheur dans la Jérusalem céleste » […hic enim tibi templum illud quod nos sumus aedificas, et Ecclesiam per orbem diffusam in dominici compagem corporis facis augeri, in pacis visione complendam, caelesti civitate Ierusalem] (Préface 1 de la Dédicace)

« … Humblement, nous te demandons qu’en ayant part au corps et au sang du Christ, nous soyons rassemblés par l’Esprit Saint en un seul corps… […Et supplices deprecamur ut Corporis et Sanguinis Christi participes a Spiritu Sancto congregemur in unum] (Ordinaire de la messe, prière eucharistique 2)

« … Quand nous serons nourris de son corps et de son sang et remplis de l’Esprit Saint, accorde-nous d’être un seul corps et un seul esprit dans le Christ » […concede, ut qui Corpore et Sanguine Fili tui reficimur, Spiritu eius Sancto repleti, unum corpus et unus spiritus inveniamur in Christo] (Ordinaire de la messe, Prière eucharistique 3)

« Nourris du vrai pain du ciel, et rassemblés en un seul corps dans le Christ, nous te prions, Seigneur notre Dieu : accorde-nous de n’être jamais séparés de son amour… » [Pane caelesti nutritos et in Christo unum corpus effectos, da nos, quaesumus, Domine, ab eius caritate numquam separari…] (Communion, Commun 2 pour plusieurs martyrs, hors du Temps pascal)

« … Fais nous grandir dans la communion à son Esprit et dans l’amour fraternel, pour que nous puissions atteindre, par une charité toujours plus vive, à la perfection du corps du Christ » […in communione Spiritus eius fratrumque dilectione ita crescamus, quatenus ad plenam corporis Christi mensuram] (Communion, Messe A du baptême des adultes)

« …Afin que se développe le corps du Christ, et qu’il atteigne sa plénitude » […ut omnes, in unitate fidei ambulantes, et caritatis eius fortitudine roborati, ad mensuram aetatis plenitudinis Christi occuramus] (Collecte, Confirmation B)

« … Tu fais grandir en eux ta propre vie en leur donnant part au corps de ton Fils… » (Communion, Confirmation B) « Pour le bien de tous et pour ta gloire, Seigneur, tu as voulu que chaque membre de ton peuple te serve selon sa grâce et les appels de l’Esprit ; accorde à chacun de trouver sa fonction dans l’Eglise, en vue de constituer avec ses frères le corps du Christ » (Collecte au choix, Messe pour ceux qui accomplissent un ministère dans l’Eglise 10)

« Tu prends soin de nous, Seigneur Jésus, en nous offrant ton propre corps pour demeure ; Viens au secours de nos frères malades : qu’ils retrouvent, s’il est possible, la santé et puissent rendre grâce avec toi en reprenant dans ton corps leur place parmi nous » (Communion au choix, Messe pour les malades ou les infirmes 37)

« … Resserre chaque jour les liens de notre unité, afin que formant avec tous les saints un seul corps et un seul esprit dans le Christ, nous ressuscitions avec lui dans la gloire » [Deus, qui nos uno pane reficis et una spe sustentas, tua nos pariter gratia corrobora, ut omnes, cum Sanctis tuis unum in Christo corpus et unus spiritus, ad gloriam cum ipso resurgamus] (Communion, Messe votive en l’honneur de tous les saints 16)

« … Tu l’as créé toi-même à ton image, tu en as fait ton fils dans le corps du Christ ; donne-lui d’avoir part à l’héritage que tu réserves à tes enfants » (Collecte, Messe pour un défunt B)

 

9) Vivre en Christ, vivre de sa vie éternelle !

« … Par sa passion et sa croix, il nous a délivrés de la mort éternelle ; par sa résurrection d’entre les morts, il nous a donné la vie qui n’aura pas de fin » […Qui, crucem passus, a perpetua morte nos liberavit et, a mortuis resurgens, vitam nobis donavit aeternam] (Préface 2 des dimanches du temps ordinaire)

« … Par sa résurrection d’entre les morts, il donne accès à la vie éternelle, et par son ascension auprès de toi, notre Père, il nous ouvre le ciel » […aeternae vitae aditum praestitit a mortuis resurgendo, ad te Patrem ascendendo caelestes ianuas reseravit](Préface 4 des dimanches du temps ordinaire)

« … La vie éternelle est déjà commencée : nous avons reçu les premiers dons de l’Esprit par qui tu as ressuscité Jésus d’entre les morts, et nous vivons dans l’espérance que s’accomplisse en nous le mystère de Pâques [… aeternitatis etiam pignora iam tenemus. Primitias enim Spiritus habentes, qui suscitavit Iesum a mortuis, paschale mysterium speramus nobis esse perpetuum] (Préface 6 des dimanches du temps ordinaire)

« Que cet échange mystérieux nous fasse vivre avec le Christ ressuscité » […praesta, quaesumus, ut his commerciis sacrosanctis ad caelestia consurgamus] (Offertoire, Ascension)

« Dieu qui nous donne les biens du ciel alors que nous sommes encore sur la terre, mets en nos cœurs un grand désir de vivre avec le Christ en qui notre nature humaine est déjà près de toi » [Omnipotens sempiterne Deus, qui in terra constitutos divina tractare concedis, praesta, quaesumus, ut illuc tendat christianae devotionis affectus, quo tecum est nostra substantia] (Communion, Ascension)

« Dieu tout-puissant, accorde-nous de pouvoir te plaire par les offrandes que nous te présentons en la fête de saint André ; et pour que nous en recevions ta vie, daigne les accepter » […et tibi placeamus exhibitis, et vivificemur acceptis] (Offertoire, saint André, 30 novembre)

« … Que sa prière nous obtienne la grâce de supporter toute adversité par amour pour toi, et de tendre de toutes nos forces jusqu’à toi qui es notre vie » […fac nos, eius intecessione, pro amore tuo omnia adversa tolerare et ad te, qui solus es vita, tota virtute properare] (Collecte, Commun 7 pour un martyr, hors du Temps pascal)

« … Tu as rompu pour nous, seigneur la pain qui fait vivre de ta vie(Communion, Messe pour toute détresse 31 B)

« … Tu veux que les hommes, créés à ton image, vivent pour toujours de ta propre vie… (Collecte au choix, Messe pour la commémoration de plusieurs défunts 3 D)

« … Lui seul, en acceptant la mort, nous arrache à la mort ; lui seul, en donnant sa vie, nous fait vivre éternellement pour toi » […immo unus mori dignatus est, ut omnes tibi perpetuo viveremus] (Préface 2 des défunts)

10) Trois perles pour tout récapituler :

une même prière, une même passion, une même vie !

 

« Seigneur, nous te prions pour tes serviteurs, en offrant le sacrifice du Christ, afin que notre prière, devenant la prière du Christ, leur obtienne ta miséricorde infinie ». [Le texte latin est plus sobre et ne comporte pas ce que le texte liturgique français met en relief : Pro famulis tuis, Domine, tibi sacrificium offerentes, supplices exoramus, ut ad tuam misericordiam illis conferendam perpetuam dignanter vota nostra perficias] (Offertoire, Messe pour plusieurs défunts 11 A)

« Par le sacrement que tu nous as donné, Seigneur, brûle-nous de cette charité qui incitait sainte Thérèse à s’abandonner à ta grâce et à se passionner pour le salut de tous les hommes » (Communion, sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, 1er octobre)

« … Fais que nourris ici-bas de ce pain de vie, nous remportions la victoire, et qu’ainsi nous puissions, dans le ciel, goûter à l’arbre de vie ». [Beatorum martyrum cealestem victoriam divino convivio celebrantes, te, Domine, deposcimus, ut panem vitae hic edentes, des vincere, et vincentes des edere de ligno vitae in paradiso] (Communion, Commun 8 pour plusieurs martyrs, au Temps pascal)

 

 

__________________________________________________________________________

Les numéros précédents du Manteau partagé (à partir du n°19, Lettre aux oblats n°1 du 7 novembre 2011) sont disponibles sur simple demande, par courrier ou par mail, adressée au P. Joël Letellier, maître des oblats : Abbaye Saint-Martin, 86240 Ligugé ou à l’adresse mail : letellierliguge@gmail.com Il en est de même pour toute demande d’abonnement. Tous les numéros de la Lettre aux oblats ainsi que des nouvelles de l’oblature peuvent être consultés en ligne sur le site : www.joel-letellier.fr

Les réservations pour l’hôtellerie se font plus facilement en remplissant le formulaire en ligne du site de l’abbaye ou en écrivant, avec les précisions nécessaires, à l’adresse mail : accueil@abbaye-liguge.com

Les offrandes peuvent être effectuées par chèque intitulé à l’ordre de « Abbaye Saint-Martin de Ligugé » en mentionnant la destination de la somme versée.